Cimetières

La commune de Rouillé dispose de 2 cimetières

Le cimetière du Champ du Poteau, dit ‘‘ancien cimetière’’, situé rue de l’Atlantique.

Le cimetière du Champ de la Croix, dit ‘‘nouveau cimetière’’, situé rue de la Libération, à la sortie du bourg, en direction du Grand-Breuil.

Règlement cimetière

Les emplacements se vendent à suivre. Il n’est pas possible de choisir sa place.

Tarifs

  30 ans 50 ans
Concession temporaire de 2m x 1m 90€ 150€
     
 

Pour inhumer les urnes ou les cendres des défunts

Colombarium 300€ 400€
Espace cynéris (cave-urne) 50€ 80€
Rosier 50€ 80€
Jardin du souvenir gratuit

 

Les cimetières sont des lieux de souvenir et de recueillement pour les proches des défunts. La municipalité de Rouillé s’efforce d’entretenir et d’embellir du mieux possible ces lieux.

Depuis 2017 les cimetières de Rouillé sont tous entretenus sans produits phytosanitaires pour préserver la santé des agents et des visiteurs, pour réduire la pollution des sols, de l’eau et de l’air, et favoriser la biodiversité.

Pourquoi avoir abandonné les produits phytosanitaires ?

Depuis janvier 2017, toutes les collectivités locales ont l’interdiction d’utiliser des produits phytosanitaires comme les désherbants, fongicides et insecticides, pour entretenir les espaces publics tels que parcs, forêts, voiries, espaces verts de toutes sortes.

Cet objectif « zéro phyto » a été inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

La commune de Rouillé avait déjà anticipé, et entamé ce processus dès  2009. En adhérant à la charte Terre Saine, la commune a éliminé l’utilisation des produits nocifs en appliquant le « zéro phyto » depuis 4 ans déjà. A ce titre, elle a obtenu son 4ème papillon en juin 2017, avec la mention spéciale « zéro produits phyto.

Qu’est-ce que cela change ?

Le verdissement progressif des allées, trottoirs et voiries, modifie l’aspect des cimetières. Des plantes sauvages apparaissent un peu partout. Cette période transitoire ne peut être évitée mais la commune met tout en œuvre pour la réduire.

La démarche retenue, plus durable et plus économique, consiste :

  • à mécaniser le désherbage avec un désherbeur thermique (la vapeur chaude grille les parties aériennes des plantes) ou à la main (binette, arrachage  manuel). Depuis 2017, l’achat d’un réciprocateur électrique permet le désherbage sans projection ni rejet de CO2, qui est relativement  silencieux, et la micro-balayeuse ralentit la repousse des herbes.
  • à différencier le traitement des zones au sein des cimetières : les espaces peu fréquentés par le public sont moins désherbés, alors que les cheminements, l’intérieur des divisions sont prioritaires
  • à engazonner volontairement des zonesou planter des variétés de plantes tapissantes pour empêcher les pousses indésirables d’herbes sauvages moins esthétiques
  • à utiliser des méthodes d’entretien alternatives et écologiques de paillage et mulching (paillage de broyats d’écorces ou de paille qui gênent la pousse des plantes en les privant de lumière ou en modifiant la température au sol).

Les herbes ne sont pas « mauvaises » : elles doivent retrouver leur place dans l’espace urbain afin de permettre le développement d’une faune et d’une flore plus riches.

L’arrêt des pesticides nécessite d’accepter de changer notre regard, et considérer la présence du végétal dans les allées, non comme une absence d’entretien, mais comme le résultat voulu d’une nouvelle gestion.

Accepter quelques herbes, c’est protéger notre environnement et notre santé, donc notre futur.

Si vous nous aidiez ? Si vous participiez ?

  • L’entretien des plantations ornementales doit être effectué régulièrement et sans produit phytosanitaire. L’éradication des herbes indésirables doit se faire par un arrachage manuel et au bon moment (avant que les graines ne soient matures).
  • Pour l’entretien d’une sépulture, merci de ne pas utiliser d’eau de Javel certes efficace mais très nocive pour l’environnement, et pour votre monument (attaque la pierre). Pour les mêmes raisons, l’utilisation d’un nettoyeur à haute pression ou d’une brosse métallique qui abîme le minéral, est à proscrire.
  • Pour nous aider et participer à cet effort écologique, privilégiez l’entretien plus régulier de votre sépulture, à l’aide de produits naturels(eau, savon noir, bicarbonate de soude…) et de matériels adaptés à la pierre de votre sépulture (éponge, brosse douce, pierre ponce, balayette…).

Association française d’information funéraire